Inauguration du Jardin de la Cayenne à Ravine Blanche - 10 avril 2019

Jardin partagé à la Ravine Blanche

Inauguration Jardin partagé à la Ravine Blanche
Discours inauguration
Jardin partagé
Jardin partagé 2

Un jardin partagé en pied d'immeubles à la Ravine Blanche

Ce projet de jardin partagé est le fruit du partenariat entre la SIDR, la commune de Saint-Pierre, l’Etat et l’Association Réunionnaise d’Education Populaire (AREP).

En effet, le développement économique et l’emploi ainsi que l’amélioration du cadre de vie et le renouvellement urbain sont des points essentiels de la politique de la ville.
Ce projet correspond à la stratégie de développement local et territorial de la SIDR. C’est pourquoi elle a répondu favorablement au partenariat avec la mise à disposition gracieuse du site pour la création du jardin partagé. 

Le jardin de la Cayenne vient rejoindre un réseau d'une douzaine de jardins partagés de la SIDR sur l’île, créés sous le label "Jardin Kaloupilé" et existant depuis 2013. Autour de ces jardins, l’occasion est donnée d’échanger davantage entre voisins et de retrouver les valeurs de solidarité de la tradition créole.

L’AREP, porteur et initiateur du projet, a contribué à la mise en œuvre de cette opération en développant un atelier d’insertion visant l’accompagnement et l’insertion socio-professionnelle des publics en précarité. 

Sorti de terre dans les années 60 pour enrayer le développement de bidonvilles en périphérie du centre de Saint-Pierre et pour accueillir de nouvelles populations dans un contexte de forte pression démographique, le quartier de Ravine Blanche s’étend sur une quarantaine d’hectares et compte 1 200 logements construits par la SIDR. 

50 ans plus tard, il était nécessaire de repenser cet urbanisme, en concertation avec les habitants et usagers du quartier dont les besoins ont considérablement changé. En 2008, un vaste projet de rénovation a été initié par la Ville de Saint-Pierre, à travers le Programme National de Rénovation Urbaine (PRNU), mobilisant de nombreuses parties prenantes. 

En effet, des logements locatifs sociaux ont été réhabilités et résidentialisés, et une offre de nouveaux logements sociaux, intermédiaires et libres, a été réalisée. Pour la SIDR, bailleur historique du quartier, un souci constant a été porté au confort des locataires. L’accent a été mis sur la qualité thermique et environnementale, ce qui a contribué à l’obtention de la certification EcoQuartier en 2013.

De nouveaux équipements publics (parc urbain, écoles, équipements de proximité…) et des aménagements urbains sont venus également transformer et améliorer l’image architecturale et urbaine du quartier. 

Les conditions sont réunies au terme de ce projet urbain pour une nouvelle dynamique laissant la place à la participation et l’implication des habitants et des associations dans la vie de leur quartier.